14/03/2022

Fête de la Toussaint, Fête de tous les Saints

(à ne pas confondre avec le Jour des Morts qui lui est attaché).

Dès le 3ème siècle, dans des temps de persécutions romaines contre les chrétiens,

quand il y avait trop de martyrs pour qu’on puisse organiser des célébrations individuelles afin d’honorer leur mémoire,

l’Eglise syrienne a voulu cette commémoration collective, immédiatement après les fêtes de Pâques et de Pentecôte,

dans la joie et l’espérance de la Résurrection.

Il en est d’ailleurs toujours ainsi dans l’Eglise orthodoxe et dans les Eglises catholiques de rite oriental byzantin.

A Rome, Boniface IV, pape de 608 à 615, transforme le Panthéon, temple dédié à tous les dieux,

en une basilique chrétienne dédiée à la Vierge Marie et à tous les Saints.

La date du 1er novembre a probablement été choisie par Grégoire III, pape de 731 à 741.

Vers 835, le pape Grégoire IV a voulu que la vénération de tous les Saints soit étendue à toute la chrétienté.

Quels Saints fêtons-nous alors ?

1) les martyrs des persécutions religieuses, d’hier et d’aujourd’hui;

2) tous les Saints qui ont été officiellement reconnus par l’Eglise,

eux qui ont accepté que le Christ puisse les sauver;

3 tous ces inconnus qui ont vécu dans la fidélité à l’Evangile et dans le service des autres;

4) et tous ceux qui en vivent aujourd’hui.

Car nous sommes tous personnellement appelés à la sainteté,

par des chemins qui peuvent être bien différents et parfois même inattendus.

Le Pape François parle de « la sainteté de la porte d’à coté,

de ceux qui vivent proches de nous et sont un reflet de la présence de Dieu ».

Le Père Nieuviarts, assomptioniste, dit « que la sainteté est étonnament simple:

elle est l’amitié que des êtres humains -fragiles et limités- portent à Dieu et dont il les comble sans limite ».

C’est pourquoi au cours de la messe de la Toussaint est lu l’Evangile des Béatitudes (Matthieu 5, 1-12),

ensemble d’attitudes et de qualités permettant d’atteindre au bonheur par la sainteté.

                                                    *

                                               *        *

Immédiatement après cette fête de tous les Saints,

l’Eglise nous rappelle que la mort est notre passage vers le Christ réssuscité.

Dès 998 dans l’abbaye de Cluny et depuis le 13ème siècle dans toute la chrétienté,

l’Eglise catholique nous convie à célébrer la mémoire des morts, de tous les morts.

Le chagrin de la séparation et la tristesse de la solitude peuvent être là;

mais le Jour des Morts doit être un jour de foi, d’espérance en la vie éternelle.

Et nous les rejoindrons auprès du Père, lavés de toutes nos fautes et imperfections,

c’est-à-dire rendus nous aussi Saints par le sacrifice du Christ.

Ne manquez pas aussi...

Fraternité humaine

Le pape François et le grand imam d’Al-Azhar Ahmad Al-Tayeb se sont rencontrés à Abu Dhabi le 4 février 2019 à l’occasion du 800ème anniversaire

Le mariage chez les juifs

Il existe de nombreux us et coutumes concernant les mariages juifs. Selon les origines, les éthiques et les traditions, le mariage peut prendre différentes tournures.

Le mariage chez les protestants

Le mariage est un engagement d’amour et de vie commune entre deux personnes, qui se décide dans l’intimité des cœurs. Il trouve sa reconnaissance sociale

Le mariage dans l’islam

Avant toute chose, le mariage dans la tradition islamique présente une singularité d’importance : Il ne constitue pas un rite, entendu comme un accomplissement formalisé religieusement

Le mariage chez les catholiques

Dans la  Jérusalem de Jésus comme dans l’Empire romain, le mariage est un contrat qui relève uniquement de la sphère privée. Le mariage est alors

Diocèse

Mois de septembre, c’est la rentrée, c’est aussi le temps de l’installation des nouveaux responsables dans nos paroisses. Comme il le fait dans tous les

Contactez-nous

Des questions ?
N’hésitez pas à nous contacter.

Inscription à la newsletter

Intéressé pour recevoir nos articles et toutes nos dernières actualités ? Inscrivez-vous ci-dessous.